Dis-moi joli miroir

Oui, dis-moi joli miroir qui est responsable de l’effondrement des écosystèmes?

Soyons honnêtes et admettons sans hésiter que la gueule des coupables se reflète sur toutes les surfaces réflexibles. Petits ou grands, jeunes ou vieux, riches ou pauvres, nul sur Terre ne peut clamer son innocence en matière de pollution.

À preuve:

On estime que durant chacune de nos respirations, nos poumons rejettent du CO2 dans l’atmosphère, et ce, en raison d’un kilogramme par jour chez les adultes ou 365 kilogrammes annuellement.

En outre, il ne se passe pas une journée sans que nous n’ingérions des aliments et des breuvages. Besoin est-il de mentionner que cette ingestion finit toujours par se retrouver dans l’environnement, ce qui cause de graves conséquences?

À ceci s’ajoute la fabrication de nos vêtements, celle des produits de santé, d’entretien et d’utilisations diverses (automobile, bateau, avion, tracteur, etc.). Chacun sait que ces articles utilisés au quotidien ont été manufacturés en rejetant dans la nature d’importantes quantités de polluants industriels.

L’usage de téléviseurs, de radios, de micro-ondes, de téléphones intelligents, de radars, de sonars et de bien d’autres avatars, dégagent une multitude d’ondes électromagnétiques de faibles, moyennes ou puissantes magnitudes, lesquelles filent à vive allure dans toutes les directions avant de terminer leur course ou être déviées de leur trajectoire par une surface solide.

Une bien triste réalité.

En d’autres mots, nous sommes tous d’avides consommateurs qui polluons la planète en toute connaissance de cause; ou inconsciemment, comme c’est le cas quand nous sommes plongés dans un profond sommeil.

Une grande partie des objets manufacturés, de même que la nourriture que nous consommons, sont produits à l’étranger. Ces denrées nous arrivent après des heures, des jours et même des semaines de transports. Que ce soit par les route, les rails, les voies navigables ou aériennes, tous ces produits doivent circuler. Même si l’utilisation des trains semble le moyen le moins dommageable pour l’environnement; ceux-ci polluent quand même. Que penser des dégâts qui surviennent lors de déraillements.

Mais qu’advient-il donc des études menées sur les ondes électromagnétiques? Ont-elles oui ou non des effets négatifs sur les êtres humains, les animaux et même les plantes?

Se pourrait-il que le stress; les dépressions; l’insomnie; les sauts d’humeur; l’agressivité ou même l’apathie soient directement ou indirectement liés à cette forme d’énergie invisible qui nous transperce le corps chaque seconde de la journée?

Oui, dis-moi donc joli miroir qui est responsable de tous ces gâchis environnementaux?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.